Aller au contenu principal

Accueil / Cadre Macroéconomique / Inflation

Inflation

Une inflation globalement contenue en dessous du seuil communautaire de la CEDEAO de 5% maximum.

 

Inflation contenue en dessous du seuil communautaire de la CEDEAO de 5%

Année

2016

2017

2018

2019

2020

2021

2022

2023 (prév.)

2024 (prév.)

2025 (prév.)

2026 (prév.)

2027 (prév.)

Taux d'inflation

0,7

0,3

0,6

0,8

2,4

4,2

5,2

4,8

4,1

3,4

2,9

2,5

Sources: MEF/DGE, INS

 

Evolution de l’inflation

Historiquement, à l’instar des autres pays de l’UEMOA, la Côte d’Ivoire a été caractérisée par une inflation maîtrisée évoluant généralement en dessous de la norme communautaire de 3% maximum.

Toutefois en 2021, l’inflation s’est située à 4,2% sous l’effet principalement de l’augmentation des prix des produits comestibles (+7,4%). Cette évolution a été impulsée par les produits alimentaires et boissons non alcoolisées dont la progression des prix est passée de 3,2% au mois de janvier 2021 au pic de 12,3% au mois de décembre.

Cette hausse des prix est expliquée notamment par (i) la baisse de la production vivrière consécutive à la perturbation des ensemencements enregistrée en 2020 du fait d’une part, du déficit pluviométrique et, d’autre part, de l’absence de la main d’œuvre saisonnière provenant des pays de l’hinterland en raison de la fermeture des frontières terrestres, (ii) l’insécurité dans les pays sahéliens qui occasionne des difficultés d'approvisionnement en bétail et produits maraîchers, (iii) l’accroissement des prix à l’importation du poisson (+11,9%), et (iv) la hausse du cours de l’huile de palme sur le marché international (+61,2%).

L’inflation a progressé de 5,2% en 2022 après 4,2% en 2021, au-delà du seuil communautaire de maximum 3%. Cette progression est liée d’une part, aux perturbations des chaînes d’approvisionnement causées par les différentes crises, notamment la crise ukrainienne et d’autre part, aux prix élevés de l’énergie qui se sont maintenus en 2022. En outre, le déficit d’offre locale de la production agricole au cours de la campagne 2021/2022 et l’accentuation des risques sécuritaires des pays limitrophes continuent d’affecter l’approvisionnement normal des marchés en produits vivriers amplifiant ainsi la pression sur les prix.

Sur la période 2023-2025, l’inflation devrait connaitre une baisse régulière, passant de 4,8%en 2023 à 3,4% en 2025, grâce notamment à l’accroissement de l’offre des produits alimentaires, à la poursuite de l’amélioration des circuits de distribution et des voies de desserte agricoles, à un meilleur approvisionnement des marchés et à la politique de lutte contre la cherté de la vie du Gouvernement.

 

 

 

 

Savoir +